Sélection officielle du festival Cinélatino

Sélection dans la catégorie Découvertes Documentaire de la 31e Rencontre du Festival toulousain, cette section hors compétition compte 14 long-métrages, essentiellement des films latino-américains, choisis parmi plus de 350 documentaires.

Los muertos no quieren nadar co-produit par AUM Films et Ocho Equis, est remarqué pour la première fois en 2014 par le Festival Cinélatino lors des 26e Rencontres de Toulouse, où nous avons présenté notre projet dans le cadre de Cinéma en Développement.
Aujourd’hui, le film est sélectionné dans la catégorie Découvertes Documentaire de la 31e Rencontre du Festival.

Projection en notre présence Jeudi 28 mars à 20h55, cinéma Le Cratère – Toulouse

Tournée Cinelatino dans les salles d’art et d’essai du Sud-Ouest (en partenariat avec ACREAMP)

Parallèlement aux Rencontres de Toulouse, l’ACREAMP programme durant le festival, une tournée Cinelatino dans les salles d’art et d’essai de son réseau en région Occitanie. Nous allons accompagner ces projections pour commenter plus avant la situation des personnages présentés dans le film, échanger avec les spectateurs, qui, nous l’avons vu lors des avant-premières d’Avignon et Decazeville, ont montré un véritable intérêt pour cette réalité amazonienne.


Distribution nationale

La sortie en salle est en préparation, de nouvelles dates viendront s’ajouter sous peu…


Sélections en Amérique Latine

Du 20 au 23 septembre 2018
Festival de Cine Verde de Barichara Festiver
Situé en Colombie, ce festival international de cinéma a sélectionné le film pour sa qualité cinématographique et ses dimensions environnementale et sociale, des problématiques qui font écho dans l’Amérique-Latine contemporaine.


Du 30 novembre au 9 décembre 2018
Transcinema Festival Internacional de Cine,
Selección Oficial Perú
Le film sélectionné par le festival international de cinéma de Lima, a eu deux projections dans la capitale péruvienne. Programmé dans la sélection officielle du Pérou, bien que produit et réalisé par des étrangers, le film est reçu en tant que portrait critique d’une région du pays, méconnue et souvent déconsidérée par les péruviens eux-mêmes.